Recevoir la newsletter
Actualités Gloupinesques


Christine Boutin câlinée par les LilithS et Mgr Léonard entarté par l'internationale pâtissière
Collège Saint-Michel à Bruxelles • Vendredi 11 Octobre 2013
Lors de la rencontre européenne des jeunes actifs catholiques au collège Saint-Michel, un chant féministe entonné par une dizaine de pétroleuses a soudain interrompu l’intervention de Christine Boutin.Quatre ex-Femen belges, rebaptisées aujourd’hui les Liliths, se sont aussitôt précipitées sur la scène seins nus, leurs corps arborant des slogans colorés : Caca Boutin ! - God Save the Queer - Vive les pédés ! - Touche pas à mon IVG. Elles ont enlacé burlesquement la porte-parole de l’intégrisme homophobe et anti-IVG avec le drapeau arc-en-ciel (LGBT) et l’ont constellée de bisous.

Photo de Julien



Les entarteurs ont soutenu l’attaque avec leurs tartes à la crème. Au passage, Monseigneur Léonard a été béni à la chantilly.
« Gloup ! Gloup ! »

Des membres de la sécurité se sont montrés particulièrement violents. Ils s’en sont pris aux LilithS et aux entarteurs qui n’ont pas répliqué à leurs coups. Ils ont ensuite ciblé les preneurs d’images en place. Plusieurs appareils photo et caméras ont été détruits très catholiquement.


Photo de Clémence









Vidéo de Juju.






Vidéo de Juju.


Vidéo des LilithS.

Rébellions burlesques
Evénements
Happening Pussy Riot dans une église orthodoxe de Toulouse
Toulouse • Dimanche 23 Septembre 2012
Religions : au pilon! ! par Jean-Pierre Bouyxou

Ce dimanche 23 septembre à 10 h 15, l’office du matin a été interrompu, à l’église orthodoxe Saint-Nicolas de Toulouse, par un groupe d’une trentaine de joyeux drilles. Les perturbateurs ont fait irruption dans l ‘édifice religieux aux cris de « libérez les Pussy-Riot ! » et de « Poutine aux latrines », en référence aux musiciennes du groupe rock Pussy Riot, récemment condamnées à deux ans de camp de travail pour avoir entonné une chanson contre Poutine pendant une messe à la cathédrale de Moscou. Devant les fidèles médusés, les trublions de Toulouse ont également scandé divers slogans : « Religion piège à cons ! », « Jésus Christ au pilori ! », « Mahomet pouët-pouët ! », « Bouddha caca ! » et « Jéhovah te faire enculer ! » On remarquait parmi ces facétieux perturbateurs, quatre collaborateurs assidus de « Siné Mensuel » : Noël Godin, Jean-Pierre Bouyxou , André Langaney, Yannis Youlountas de passage dans la Ville rose à l’occasion du festival du film grolandais. Eux et leurs compagnons d’émeute ont été accueillis dans l’église par un service d’ordre musclé, mystérieusement prévenu de leur visite, qui leur a distribué en guise d’hosties, quelques gnons et coups de pieds d’une violence assez peu…orthodoxe !

Mais ils ont fait front sans se démonter, ni cesser de lancer des slogans, et ont pu se replier sans casse en criant « Anarchie vaincra ! »

Les flics, arrivés sur les chapeaux de roues après la bataille, ont bien rigolé en contrôlant leur identité.

Les responsables de l’église ont l'intention de déposer plainte, mais les fauteurs de troubles s’en foutent : ils espèrent que leurs exemple encouragera d’autres vauriens à les imiter.

Dessins tirés de Siné-Hebdo et Siné-Mensuel.

Noël Godin et ses amis taquinent les Popes... par Gloupgloup31100

« Mahomet, pouet pouet », « Jésus Christ au pilori ».

Au cri notamment de « Libérez les Pussy Riot », les manifestants se sont retrouvés devant l’église orthodoxe de Saint-Nicolas située avenue de Grande-Bretagne à Toulouse, à quelques pas de l’hôpital Purpan. L’action se voulait pacifique et en soutien aux féministes russes anti-Poutine des Pussy Riot condamnées à deux ans en camp d’internement. Au mois d’août dernier trois d’entre elles avaient été arrêtées et condamnées pour comportement blasphématoire après avoir joué une fausse prière anti-Poutine dans une église. Certains d’entre eux avaient ainsi enfilé une cagoule sur la tête à l’image des jeunes femmes russes et ont monté les quelques marches jusqu’à l’entrée de l’édifice religieux au son de la musique du groupe féministe russe.

La petite troupe a été rapidement contenue sur le perron de l’église. Malgré tout, deux manifestants cagoulés ainsi que Noël Godin ont réussi à s’introduire avant d’être renvoyés manu militari vers l’extérieur. Certains fidèles ont tenté d’empêcher les journalistes de prendre des photos et le ton est rapidement monté. Ils se sont défendus de tout lien avec Moscou et ont affiché leur appartenance à l’Eglise orthodoxe de Constantinople.

Mais dans un contexte de tensions religieuses suite notamment aux récentes caricatures de Mahomet par l’hebdomadaire Charlie Hebdo, les manifestants sont venus dire leur rejet de toutes les religions. « Mahomet, pouet pouet », « Bouddha caca », « Jéhovah te faire enculer » et « Jésus Christ au pilori ».
Le happening aura duré quelques minutes à peine. Le temps malgré tout pour les forces de l’ordre de se rendre sur place. Six voitures de police ont déboulé aux abords de l’édifice religieux et ont immobilisé tous les participants qui s’apprêtaient à repartir. Ils ont pu repartir une grosse demi-heure plus tard libres.

Source : Rue 89. Carré d'info. Par Bertrand Enjalbal.

Réponse gloupinesque de Jean-Pierre Bouyxou à la presse toulousaine

"A propos de notre intervention à l'église Saint-Nicolas de Toulouse
Au poil ! Ce que la vidéo ne montre pas et ne prend même pas la peine d’indiquer (c’est fichtrement dommage !), c’est que Noël, Yannis, moi et quelques autres sommes bel et bien entrés dans l’église, où nous sommes restés plusieurs minutes. Le temps d’interrompre l’office en scandant divers slogans (notamment “Poutine aux latrines !”, “Religions piège à cons !”, “Jésus Christ au pilori !”, “Mahomet pouët-pouët !”, “Bouddha caca !” et “Jéhovah te faire enculer !”), d’envoyer paître le pope qui essayait d’instaurer le dialogue, de tenir tête aux malabars du service d’ordre (qui ont frappé deux d’entre nous, l’un à coups de poing, l’autre à coups de pied, puis ont tenté de s’emparer d’un troisième pour le retenir captif) et, en bref, d’horrifier les fidèles médusés et de foutre un beau bordel avant de repartir – non pas parce que les malabars nous viraient, mais parce que estimions que notre opération avait assez duré. (Nous sommes, en tout cas, restés suffisamment longtemps pour que les flics, sans doute prévenus par téléphone, aient le temps d’arriver et de nous cueillir.)

Il est aberrant qu’aucun des prétendus “journalistes” présents n’ait pris d’images de ce qui s’est réellement passé , et encore plus aberrant que ces crétins n’aient carrément rien vu ou rien voulu voir. C’est ainsi que, selon un articulet paru ce matin (lundi 24 septembre) dans La Dépêche du midi, ce qui s’est passé se résume ainsi :

“Hier matin, une vingtaine de manifestants a tenté de s’introduire dans l’église orthodoxe Saint-Nicolas...” - comme si nous n’avions pas réussi à pénétrer dans l’église et à saboter la messe !

On se demande ce qu’auraient écrit ces jeunes enviandé(e)s s’ils (et/ou si elles) n’avaient pas assisté directement à la scène, fût-ce seulement à l’extérieur du bâtiment !"

Rébellions burlesques
Siné réclame des excuses à Sarkozy
Paris • Jeudi 15 Mars 2012
Sur Canal +, le 13 mars 2012, Vincent Glad, chroniqueur du Grand Journal,
a fait état du compte Daily Motion du président de la République
dans lequel ce dernier insulte Yann Barthès, Rémi Gaillard et Siné.

Lettre de Siné au président de la République































Pour lire la lettre, le site de Siné Mensuel

Pour mémoire
Siné a été relaxé de l’accusation d’incitation à la haine raciale à Lyon le 24 février 2009.
Le parquet n’a pas fait appel. La Licra oui.
Le 26 novembre 2009, la cour d’appel de Lyon annule la citation de la Licra.
Le 28 septembre 2010, La Cour de cassation annule la relaxe. Au seul motif qu’on ne pouvait reprocher à la Licra de ne pas avoir payé une consignation que le tribunal n’avait pas fixée.

Guérilla pâtissière
France
En plein dans l' groin de Raffarin !
Lyon • Vendredi 24 Février 2012
« Invité à la librairie Décitre (Lyon 2e), pour une rencontre autour de son dernier livre Je marcherai toujours à l'affectif, Jean-Pierre Raffarin s'est fait entarter au moment où il s'apprêtait à entrer dans la librairie. "C'est la première fois en 40 ans de carrière que cela m'arrive" a confié l'ancien Premier ministre. Nora Berra s'est dévouée pour aller lui acheter une nouvelle cravate, pour remplacer celle, maculée de crème, que Raffarin avait dû retirer. » Lyon Capitale
Communiqué des entarteurs lyonnais d'Al-Qaïtarte (qui viennent de se rallier à l'Internationale pâtissière, bienvenue les larrons !)
Comment ça s'est passé :
« On a préparé nos tartes en bloquant la circulation. Dès qu'on a vu Raffarin, on a jeté nos pâtisseries sur lui en criant : « Dada Vaincra ! »
Gloup ! Gloup ! Gloup ! »
Pourquoi Raffarin ?
« L’Al-Qaïtarte engage une offensive contre l’UMP-FN sur Lyon. Puisque ces deux partis ne font qu’un et tentent de se piquer des voix l’un à l’autre. « Amis » du MEDEF, « amis » du FN, « amis » de l’UMP, ne venez plus sur Lyon, on veut plus de vous, on veut plus de vos gueules. Cassez-vous avec votre politique politichienne. »

« Vive la démocratie directe ! Vive les assemblées révolutionnaires ! Vive l'insurrection pâtissière ! Tarta vaincra ! »




Guérilla pâtissière
Espagne
Un splendide entartage anti-TGV à Toulouse
Toulouse • Vendredi 11 Novembre 2011
SUCRÉ-SALÉ

Julien Brel, l’avocat toulousain des trois entarteurs de la présidente de la communauté de Navarre jeudi 27 octobre à l’Hôtel de région (voir la vidéo en ligne sur Libetoulouse du 27/10/2011) tombe des nues.
En effet, l’attaque pâtissière des opposants à la construction d’une ligne LGV au pays basque leur a valu une arrestation à Pampelune assortie d’une convocation mercredi 16 novembre devant l’Audiencia National pour «attentat contre une personne dépositaire de l’autorité publique».
C’est le motif de la plainte déposée par la Navarraise Yolanda Barcina Angulo devant cette juridiction d’exception équivalente à la cour de sureté de l’État en France et habituellement destinée à juger les clandestins de l’ETA.
Témoin de l'entartage, le président Martin Malvy avait lui-même déposé plainte quelques heures après l’agression commise en ses murs à l’encontre de l’élue outre-pyrénéenne.
«Nous ne nous attendions pas à une telle réaction», indique à LibéToulouse Boris, l’un des militants occitanistes du groupuscule «anti-capitaliste» et «défenseur de la langue et de la culture occitane» Libertat, associé à cette action d'entartage.
(...)
J-M.E de Libétoulouse




Les huit assaillants appartiennent au mouvement Mugitu en lutte contre l'imposition du "Y basque" et du "couloir navarrois de Haute Vitesse". Ils ont soudain interrompu le 29e conseil plénier de la CTP (Communauté de travail des Pyrénées) se tenant à Toulouse en brandissant des affiches anti-TGV, en distribuant des tracts explicatifs et en chantant en choeur des mots d'ordre contre le projet ruineux et nocif d'un TGV devant traverser le pays basque pour relier la France et l'Espagne.
Trois des trublions sont ensuite montés à la tribune pour écraser chacun une tarte à la meringue sur le visage de la présidente de la Communauté forale de Navarre Yolanda Barcina Angulo.
Les guérilleros burlesques ne s'imaginaient évidemment pas que leur garnementerie allait bien et dûment les criminaliser, et qu'ils allaient se retrouver traduits devant l'Audiencia Nacional de Madrid comme s'ils étaient des poseurs de bombes de l'ETA.

Blog de Mugitu
Contact et soutien : mugituaht@gmail.com



Conception gloupinesque du site : Sylvain Savouret • Mise en pages et en dessins : Sylvie Van Hiel